Les listes de Twitter : la courtoisie, la classification, la confiance

Les listes de Twitter : la courtoisie, la classification, la confiance

NOTA : J’ai eu l’intention de créer une version française de ce poste (version originale anglaise posté en janvier 2010) pour partager quelques réflexions personnelles sur la valeur de ces listes.  

NOTE : I had the intention of creating a French version of this post (original English version posted in January 2010) to share some personal thoughts on the value of these lists.
_____________________

Pour suivre quelqu’un sur Twitter, après qu’ils vous ait suivi, valide une connexion bidirectionnelle. Il confirme l’intérêt mutuel.

La rhétorique de la courtoisie

En ligne, chacun a le droit d’être sélectif avec ses suiveurs (« followers »). En effet, certains des efforts de réseautage les plus réussies sont délibérées et exécutés avec un but clair.

Donc si quelqu’un vous suit, mais que vous n‘êtes pas vraiment sûr de vouloir le suivre, que faites-vous? La plupart ne feraient probablement rien, parce qu’ils ne sont pas obligés de vous suivre.

Mais si vous voulez leur faire savoir que vous trouvez leur compte Twitter tout de même intéressant, sans pour autant être tout à fait prêts à les suivre, ne devriez-vous tout de même pas les mettre au courant de votre intérêt?

La question est censée être rhétorique, mais oui, je pense que oui. Et vous pouvez le faire en les incluant dans vos listes.

iimage par : pazeinteractive.com

La classification versus l’influence

Les listes Twitter vous permet de regrouper vos suiveurs selon les différentes catégories (genres) que vous avez créés. Il y en a qui supposent que le nombre de fois dans lesquels vous êtes inclut dans les listes Twitter reflète votre échelle d’influence.

Je respecte certains aspects de ce point de vue. Toutefois, il reste encore à trouver une explication claire qui permette de mesurer la corrélation entre le nombre de listes auquelles vous appartenez et ce que, justement, « cette influence » est censée représenter … mais je m’égare.

Votre intention d’inclure quelqu’un dans une de vos listes démontre votre intérêt pour leur demande de vous suivre. Vous n‘avez pas réèllement suivis encore, mais puisque vous avez pris la peine de mettre un « tag » pour indiquer qui ils sont, ce qu’ils représentent dans votre bibliothèque personnelle de connexions, cela signifie que vous avez reconnu leur présence. S‘ils veulent vraiment que vous les suiviez en retour, ils devraient tweeter cette intention et vous le faire savoir.

La confiance — un processus organique (c-a-d, ‘fait à mitaine’)

Être sélectif sur les réseaux sociaux n‘est pas nécessairement une mauvaise attitude. C’est en fait un moyen pratique d’établir un groupe des connexions fiable avec lesquels vous souhaitez interagir, discuter et créer des communautés.

Inclure de nouveaux suiveurs dans une de vos listes est un moyen idéal pour les organiser et démontre que vous appréciez leur intérêt pour votre présence en ligne.

Je suis toujours heureux d’avoir de nouveaux «suiveurs». Mais j’ai tendance à m’attendre à un niveau d’interaction de leur part, que ce soit par hasard ou au travers de conversations en ligne prévues (via réponses directes “@” ou un message privé avec “DM”). C’est un peu comme si je disais: «Bon, maintenant gagnez ma confiance et confirmez la valeur et la crédibilité de notre connexion.” Sinon, comment vous connaître?

Comment est-ce-que vous construisez votre réseau social? Quelles valeurs apportez-vous personnellement afin de renforcer à la fois votre marque personnelle et professionnelle?

2 thoughts on “Les listes de Twitter : la courtoisie, la classification, la confiance

  1. Intéressante, et pertinente, vision des listes Twitter, Autom. La liste comme antichambre d’une relation de confiance… A laquelle j’ajouterais quand même deux autres éléments de réflexion. D’une part, depuis ton article original, des services comme Formulist se se créés permettant de créer des listes de manière arbitraire. Quelle est pour ceux qui les utilisent la valeur qu’ils y trouvent ? D’autre part, la liste possède une autre utilité: elle transforme Twitter d’outil de conversation plus ou moins synchrone en un outil asynchrone: le contenu des listes est accessible en-dehors du flot des messages, permet de se concentrer sur le contenu créé par telle ou telle personne. La liste prend alors plus de valeur en tant qu’outil de connaissance, tout en en perdant en tant qu’outil conversationnel. De plus, cette utilité peut se transformer en in-utilité, lorsque l’on créée trop de listes et finit par ne plus les lire, un peu comme lorsqu’un lecteur de flux rss remonte trop d’articles à la fois. A mixed blessing… Cordialement, Thierry

    1. Merci Thierry – tu as rélévé des bons points . Tu sais, j’étais inspiré produire une version française du poste, car en faisant le démarrage sur mes efforts de tweeter pour SME Canada en français, j’ai remarqué qu’il y en a parmi ceux que je suivais qui n’utilisent même pas leurs listes (shame) Alors, j’ai voulu partagé mes réflexions là-t-il, en espérant que nos suiveurs vont trouver mon approche outil / valable 😉 Great to be commenting with you again mon ami – Autom

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s